ac-dijon

Toute l'actualité

Barre de partage

Semaine d'éducation contre le racisme et l'antisémitisme, l'émouvant témoignage d'élèves Dijonnais attachés au « devoir de connaissance »
Inauguration  - Frédérique Alexandre-Bailly

Dans le cadre de la Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme, le rectorat de l’académie de Dijon accueille une exposition réalisée d’une part par des lycéens de Charles-de-Gaulle, d’autre part par des collégiens du clos de Pouilly, deux établissements dijonnais.

Lundi, à l’heure de l’inauguration officielle, Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon, chancelière des universités, a souligné la qualité du travail des élèves. «  Emue », selon son propre mot, après avoir entendu les élèves expliquée leur démarche, la rectrice a par ailleurs mis en avant ce « juste équilibre entre l’émotion et la raison » dont ils ont su faire preuve.

A ses côté Pauline Jouan, sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de Région, a également fait état de son émotion en se félicitant de voir les élèves « remplir à merveille leur rôle de passeur de mémoire ».

Semaine d'éducation contre le racisme Semaine d'éducation contre le racisme


A devoir de mémoire, l’un d’eux préfèrera parler de «  devoir de connaissance ».

Visible jusqu’à la fin de la semaine dans le hall du rectorat, l’exposition a vocation à circuler dans les établissements qui le souhaitent.
Elle est le fruit de projets pluridisciplinaires conduit tout au long de l’année en plusieurs étapes et s’inscrivant dans le parcours citoyen.
Pour le collège du Clos de Pouilly, il s‘agit du  Projet Comprendre Hier pour Agir et Réagir Aujourd’hui (CHARA). Labellisé Citoyen de la Fondation du Camp des Milles Mémoire et Education, il implique - et continue d’impliquer -  quelque 150 collégiens de 3e sur un travail sur les trois génocides du XXe siècle.

Une quarantaine d’élèves de première et de terminale du lycée Charles-de-Gaulle ont quant à eux travaillé sur le conspirationnisme et le négationnisme. Une démarche qui les a notamment amenés à faire des recherches aux archives départementales de la Côte-d’Or, à rencontrer d’anciens déportés et à se rendre à Drancy et à Auschwitz. Mené en lien – et en anglais – avec des lycéens de Nymburk en République tchèque, ville proche du camp de concentration de Theresienstadt, ce travail a donné lieu, non seulement à l’exposition, mais également à une publication, « De l’antisémitisme ordinaire à la mort de masse. »

Semaine d'éducation contre le racisme

Barre de partage
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Cartographie DSDEN

sve

Saisir les services de l'Etat

SERV12

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

services

L'actualité de la rectrice