ac-dijon

Prévenir et lutter contre l'illettrisme

Barre de partage

De quoi parle-t-on ? Quelques définitions

Illettrisme

« On parle d’illettrisme pour des personnes qui, après avoir été scolarisées en France, n’ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul, des compétences de base, pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante. Il s’agit pour elles de réapprendre, de renouer avec la culture de l’écrit, avec les formations de base, dans le cadre de la politique de lutte contre l’illettrisme.»

« Etre illettré, c’est donc ne pas disposer, après avoir pourtant été scolarisé, des compétences de base (lecture, écriture, calcul) suffisantes pour faire face de manière autonome à des situations courantes de la vie quotidienne : écrire une liste de courses, lire une notice de médicament ou une consigne de sécurité, rédiger un chèque, utiliser un appareil, lire le carnet scolaire de son enfant, entrer dans la lecture d’un livre… »

Définitions de l’ANLCI (Agence Nationale de Lutte Contre l’illettrisme)

Analphabétisme

On parle d’analphabétisme pour des personnes qui n’ont jamais été scolarisées et qui n’ont donc jamais été confrontées à l’apprentissage du code écrit dans aucune langue. Il ne s’agit pas pour ces personnes des renouer avec la culture de l’écrit mais d’entrer dans un premier niveau d’apprentissage du code écrit.

Français langue étrangère, français langue seconde (FLE / FLS)

Les nouveaux arrivants dans notre pays, quand ils ne parlent pas le français ou quand ils le parlent peu, doivent apprendre notre langue. Ces personnes allophones relèvent donc de l’apprentissage d‘une nouvelle langue, le français. Des démarches d’apprentissage en FLE et en FLS sont alors mises en place.

Barre de partage
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Cartographie DSDEN

sve

Saisir les services de l'Etat

SERV12

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

services

L'actualité de la rectrice