ac-dijon

Présentation

Référence :
• Circulaire n° 2014-037 du 28-3-2014

Les dispositifs relais (classes et ateliers) constituent un des moyens de lutte contre la marginalisation scolaire et sociale de jeunes soumis à l'obligation scolaire. À ce titre, ils doivent contribuer à réduire les sorties sans diplôme ainsi que les sorties précoces. Aussi, il convient d'en réaffirmer les principes en fonction des objectifs que les académies doivent se fixer, en matière de prévention du décrochage scolaire ainsi que dans le cadre de la nouvelle politique de lutte contre l'absentéisme.

En étroite coopération avec le ministère de la justice, notamment avec la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), les dispositifs relais proposent un accueil temporaire adapté afin de préparer les élèves qui y sont pris en charge à la poursuite d'un parcours de formation générale, technologique ou professionnelle tout en s'attachant à l'objectif de socialisation et d'éducation à la citoyenneté. Ils bénéficient, en outre, d'un partenariat avec les collectivités territoriales et des associations complémentaires de l'enseignement public ou des fondations reconnues d'utilité publique.

L'ensemble de ces dispositifs relais (classes, ateliers et internats) contribuent à atteindre l'objectif de réduction de l'abandon scolaire que la France s'est donné en s'inscrivant dans la « stratégie Europe 2020 ».
Construire le projet académique des dispositifs relais au bénéfice des élèves en voie de décrochage ou exposés au risque de rupture avec l'institution scolaire requiert d'évaluer les besoins et d'identifier des spécificités du territoire afin de définir de manière pertinente le déploiement des différents dispositifs relais (ateliers, classes et internats).

Révélateur des ressources et potentialités du territoire, le diagnostic partagé permet de cibler les réponses à apporter. Pour conduire cette démarche, le pilotage académique pourra utilement élaborer ce diagnostic avec les acteurs territoriaux des politiques publiques à destination des jeunes les plus fragilisés (les services de l'État, les collectivités territoriales et le réseau associatif intervenant auprès du public jeune en difficulté).

Ainsi, les recteurs réuniront ou mettront en place un comité de pilotage. Celui-ci travaillera à définir un schéma académique des dispositifs relais en fonction des besoins identifiés de façon notamment à compléter le réseau des classes et ateliers relais par des internats relais car certains élèves en rupture plus profonde avec les exigences de la vie des établissements scolaires, ou en voie de déscolarisation, ont besoin d'une prise en charge éducative plus globale, que peut permettre l'internat. Il apparaît donc souhaitable d'enrichir le réseau des dispositifs relais des académies par des internats relais, où la prise en charge des élèves sera assurée en mettant au premier plan une démarche d'aide et d'accompagnement personnalisé. Les internats relais ont vocation à se substituer aux établissements de réinsertion scolaire.
Les dispositifs relais sont rattachés à un établissement public local d'enseignement (EPLE). Cet établissement est le plus souvent un collège.

C’est le cas dans l’académie de Dijon qui compte 8 dispositifs accueillant en moyenne 30 jeunes chaque année scolaire.

Ceux-ci se répartissent ainsi sur le territoire :

  • 2 dispositifs en Côte d’Or : collège Le Parc et collège Marcelle Pardé à Dijon,
  • 1 dans la Nièvre : collège les Loges à Nevers,
  • 3 en Saône et Loire : collège Roger Semet à Digoin, collège Jacques Prévert à Chalon, collège Robert Schumann à Macon
  • 2 dans l’Yonne : collège Jacques Prévert à Migennes, collège Champs-Plaisant à Sens.
  • Internat relais du collège La châtaigneraie à autun (ouverture février 2017).
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Cartographie DSDEN

sve

Saisir les services de l'Etat

SERV12

Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

services

L'actualité de la rectrice