Mesures sanitaires à l’École pour la rentrée des vacances de printemps

Le lundi 26 avril, les élèves des écoles primaires retournent en classe.

Dans cette perspective, le protocole sanitaire strict continue de s’appliquer, avec une vigilance particulière pour l’aération des pièces et la limitation des brassages dans les lieux de restauration scolaire, où la règle de deux mètres entre les groupes et les repas pris par classes reste inchangée.

Le plan de contact-tracing est maintenu et renforcé : un cas positif entraîne la fermeture de la classe, et les absences de professeurs qui seraient positifs au virus seront palliées par des recrutements supplémentaires de professeurs des écoles remplaçants et d’AED.

Pour renforcer cette stratégie de contact-tracing qui vise à casser le plus rapidement possible les chaînes de contamination, une campagne de déploiement d’auto-tests s’ajoute aux autres tests déjà déployés :

  • Tous les professeurs et personnels de l’Éducation nationale, ainsi que les ATSEM, recevront deux auto-tests par semaine, à réaliser chez eux ;
  • Les tests salivaires seront plus largement déployés pour les élèves du premier degré. Les élèves de collège vont également en bénéficier à leur retour en classe, progressivement à partir du 3 mai.

À partir du 10 mai les lycéens pourront réaliser, avec accord parental, un auto-test par semaine dans leur établissement, avec une supervision par les personnels de santé de l’éducation nationale volontaires, et l’appui de médiateurs supplémentaires "lutte anti-covid" qui s’ajouteront aux médiateurs déjà recrutés. Les professeurs volontaires pourront également prendre part à cet encadrement. La semaine du 3 mai sera consacrée à cette organisation et le ministère diffusera dès ce début de semaine des documents d’information et des tutoriels pour les élèves.
Dans la perspective des examens de fin d’année, il est rappelé que les épreuves du brevet et du baccalauréat sont maintenues dans un souci de préparer les élèves aux années suivantes, et en particulier aux études supérieures, où les compétences qu’ils déploieront alors leur seront essentielles.

En savoir plus

La continuité pédagogique

Les élèves de collège et de lycée poursuivront l’enseignement à distance entre le 26 avril et le 3 mai. Plusieurs améliorations ont été apportées pour prévenir les éventuelles difficultés de connexion :

  • Concernant le CNED, la sécurité informatique a été renforcée avec une augmentation du niveau de protection contre les attaques de déni de service. La capacité des serveurs a également été augmentée et les salles d’attente des classes virtuelles deviennent optionnelles, afin de limiter les ralentissements.
  • Concernant les espaces numériques de travail (ENT), les partenaires de l’Éducation nationale ont renforcé les capacités de ces plateformes en augmentant substantiellement le nombre de connexions simultanées maximal, et en isolant des fonctions principales les services qui généraient le plus de ralentissements (messagerie, visio-conférences).

Comment aider vos enfants à apprendre à la maison ?

Pendant la période de travail à distance à la maison, chaque élève doit pouvoir continuer à apprendre et progresser dans ses apprentissages à son rythme et en fonction de ses besoins.
Les corps d’inspection de l’académie de Dijon vous conseillent pour vous aider à organiser et planifier le travail de vos enfants. Ils vous proposent des pistes de réflexion pour aider vos enfants à apprendre pendant cette période particulière et inédite en vous appuyant bien sûr sur les ressources et les programmes de travail transmis par les enseignants.

Comment planifier et organiser le travail journalier ou hebdomadaire de vos enfants et avec eux ?

  • établir une planification des activités sur la semaine en cohérence avec le programme de travail des enseignants et l’afficher si possible ;
  • construire un emploi du temps journalier et souple en prévoyant 3 plages de travail dans des disciplines différentes et complémentaires et en vous appuyant sur les propositions et les préconisations des professeurs ;
  • veiller à ne pas prévoir des temps de travail trop longs (l’attention des enfants se relâche après une trentaine de minutes) ;
  • gérer le temps d’exposition aux écrans (notamment passif) en privilégiant des alternances sur d’autres supports : livres, manuels scolaires, cahier, manipulation, expérimentation ;
  • installer au sein de ce cadre des activités physiques, essentielles, des temps libres, des temps de lecture, des temps consacrés aux échanges à distance avec les camarades de vos enfants ;
  • ne pas hésiter à revoir l’emploi du temps s’il est trop dense, peu équilibré ou trop léger : un temps d’activités scolaires moyen de deux à quatre heures par jour, à ajuster en fonction de l’âge des enfants,  est raisonnable;
  • veiller à une production écrite autonome régulière même brève si le temps le permet

- impressions sur un texte que l’on découvre
- résumé de ce que l’on a compris, de ce que l’on vient de faire
- rédaction des leçons
- des temps d’échanges quotidiens : temps d’échanges familiaux mais aussi entre amis à distance (garder du lien, coopérer, continuer à communiquer) ;
- conseiller des émissions télévisuelles labélisées « nation apprenante » en lien avec les notions abordées;
- installer un espace de travail calme et propice à la concentration.

L’essentiel :

  • prévoir un cadre de travail souple et adapté, sans vouloir reproduire exactement l’emploi du temps de vos enfants à l’école ou au collège ; 
  • suivre les conseils méthodologiques des professeurs sur la manière d’apprendre ;
  • soutenir la motivation de vos enfants en aménageant un emploi du temps réaliste avec des temps de respiration.

Comment faire travailler une notion à vos enfants ?

  • Quel que soit le support avec lequel vos enfants travaillent, il est important qu’ils comprennent les notions apprises ou à apprendre, de la manière la plus autonome possible.
  • Si une notion à étudier est déjà proposée par un manuel, un site ou par les ressources transmises par les professeurs, il est conseillé d’en faire un bilan immédiat. Comme à l’école ou au collège, vos enfants essaieront de formuler en autonomie ce qu’ils ont compris, à partir de l’étude des documents et des ressources proposées.
  • Toutes les formes d’exercice trouveront un sens si vos enfants ont fait d’abord l’effort de comprendre ce qu’ils ont à apprendre (copier ou lire plusieurs fois une leçon qui n’a pas été vraiment comprise est très peu efficace). C’est lors de cette phase de compréhension que les échanges avec vous sont précieux : si vos enfants sont capables de vous poser des questions, de vous raconter ou expliquer ce qu’ils ont compris, ou pas, l’essentiel est atteint.
  • Si plusieurs enfants sont au domicile, il est conseillé d’encourager les échanges pour stabiliser une notion (reformuler, se faire expliquer, expliquer). Ce principe de coopération est encouragé au sein des classes.

L’essentiel :

  • faire reformuler les notions apprises par les enfants, de la manière la plus autonome possible ;
  • prévoir de courts moments dans l’emploi du temps où vos enfants vous rendent compte de ce qu’ils ont compris et appris (petit exposé oral ; petit schéma expliqué à la famille…).

Comment élargir les connaissances de vos enfants ?

En complément des enseignements, il peut être très intéressant, pour maintenir l’intérêt et l’envie de travailler de vos enfants, de leur proposer des activités pour élargir leurs connaissances :

  • lectures diverses : romans, poésies, textes documentaires, BD, (conseil : des histoires lues par un adulte constituent des moments privilégiés) ;
  • visionnage de documentaires ou de films ; https://www.lumni.fr/
  • écoute d’émissions radiophoniques ou de podcast ;
  • visite virtuelle de musées : Le Louvre, musée d’Orsay, une sélection de musées en suivant le lien http://museosphere.paris.fr/
  • une veille culturelle : sortir chez soi  http://artsculture.ac-dijon.fr/spip.php?article2026  

 
Les programmes labélisées « Nation apprenante » permettent notamment cette approche et ouverture.

L’essentiel : continuer à se cultiver, élargir ses connaissances, imaginer, s’évader…

Des conseils spécifiques

Pour les enfants scolarisés dans les écoles maternelles :

Pour les enfants à besoins éducatifs particuliers :  http://dane.ac-dijon.fr/2020/03/24/des-ressources-pour-accompagner-les-ebep/
La mallette des parents : https://mallettedesparents.education.gouv.fr/
Les enseignants, les directeurs des écoles et les chefs établissements se tiennent à la disposition des parents pour toutes questions liées à la manière d’accompagner les enfants.

Accueil des enfants de professionnels indispensables à la gestion de l’épidémie

Voici la liste des professionnels indispensables à la gestion de l’épidémie pour lesquels une solution d’accueil doit être proposée :

  • Tous les personnels des établissements de santé ;
  • Les biologistes, chirurgiens-dentistes, infirmiers diplômés d’Etat, médecins, masseurs kinésithérapeutes, pharmaciens, sages-femmes ;
  • Tous les professionnels et bénévoles de la filière de dépistage (professionnels en charge du contact-tracing, centres de dépistage, laboratoires d’analyse, etc.) et de vaccination (personnels soignants et administratifs des centres de vaccination, pompiers), ainsi que les préparateurs en pharmacie ainsi que les ambulanciers;
  • Les agents des services de l’État chargés de la gestion de la crise au sein des préfectures, des agences régionales de santé et des administrations centrales, ainsi que ceux de l’assurance maladie chargés de la gestion de crise ;
  • Tous les personnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux suivants : EHPAD et EHPA (personnes âgées) ; établissements pour personnes handicapées ; services d’aide à domicile (personnes âgées, personnes handicapées et familles vulnérables) ; Services infirmiers d’aide à domicile ; lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé ; appartements de coordination thérapeutique ; CSAPA et CAARUD ; nouveaux centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus ;
  • Tous les personnels des services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) et de la protection maternelle et infantile (PMI) des conseils départementaux ainsi que les établissements associatifs et publics, pouponnières ou maisons d’enfants à caractère social (MECS), les services d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et d’interventions à domicile (TISF) et les services de prévention spécialisée ;
  • Les enseignants et professionnels des établissements scolaires, les professionnels des établissements d’accueil du jeune enfant, les assistantes maternelles ou les professionnels de la garde à domicile, les agents des collectivités locales, en exercice pour assurer le service minimum d’accueil.
  • Les forces de sécurité intérieure (police nationale, gendarmerie, surveillant de la pénitentiaire)

Le Préfet de département est chargé d’identifier et de prioriser les besoins d’autres personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire et à la vie de la Nation. Il transmet au recteur d’académie la liste des enfants concernés avec leurs adresses de scolarisation habituelle. En fonction des capacités d’accueil, le recteur informe le Préfet du nombre d’enfants qui peuvent être accueillis dans le respect des consignes de sécurité ainsi que les lieux d’accueil.