Parcoursup : ouverture de la phase d’admission

La phase d’admission Parcoursup a débuté le jeudi 27 mai 2021 à 19 h : les candidats peuvent consulter les réponses des formations à leurs vœux.

La phase d’admission Parcoursup a débuté le jeudi 27 mai 2021 à 19 h : les candidats peuvent consulter les réponses des formations à leurs vœux.

Calendrier de la procédure Parcoursup 2021

Début novembre 2020 > Janvier 2021 - Je m’informe & découvre les formations
20 janvier > 11 mars > 8 avril 2021 - Je m’inscris pour formuler mes vœux et finalise mon dossier
27 mai > 16 juillet 2021 - Je reçois les réponses des formations et je décide
Calendrier détaillé

Une procédure progressive et continue

Chaque matin, les dossiers sont mis à jour : les candidats sont alertés dès qu’ils reçoivent une ou plusieurs propositions d’admission. Les propositions d’admission seront envoyées sans interruption, du 27 mai jusqu’au 14 juillet 2021.

Un principe de solidarité

Ce sont les candidats qui libèrent des places au fur et à mesure qu’ils acceptent ou refusent certaines propositions, ce qui permet de faire immédiatement de nouvelles propositions à d’autres. Les listes d’attente évoluent tous les jours.

À partir du 27 mai et tout au long de la procédure, le nombre de propositions faites aux candidats augmentera donc progressivement.

Les équipes Parcoursup pleinement mobilisées

- numéro vert 0 800 400 070 qui sera exceptionnellement ouvert samedi 29 et dimanche 30 mai,
- messagerie "contact", accessible depuis le dossier Parcoursup du candidat,
- sessions de tchats avec les équipes de Parcoursup,
- campagnes d’appels téléphoniques dédiées, à des moments clés de la phase d’admission, pour nouer un contact direct avec les candidats (ou leur famille),
- réseaux sociaux #Parcoursup.

Un accompagnement spécifique

Un accompagnement spécifique est prévu pour les candidats qui ont exclusivement demandé des formations sélectives et dont les candidatures n’auraient pas été retenues le 27 mai. Les équipes Parcoursup prendront rapidement contact avec eux pour leur présenter les solutions possibles. Ils pourront notamment revoir leur projet avec les équipes de leur lycée ou un service d’orientation pour se préparer au mieux à la phase complémentaire qui débutera le 16 juin 2021. Ils pourront à compter de cette date faire de nouveaux vœux pour des formations qui ont encore des places disponibles.

Ressources utiles

vidéos tutorielles qui résument ce qu’il faut savoir sur la phase d’admission,
conseils utiles - Parcoursup pour se préparer à cette dernière étape et des ressources pratiques pour faire le point sur les dates clés, les délais de réponse aux propositions d’admission et le fonctionnement des listes d’attente.

Quels sont les taux prévus par la loi du 8/03 2018 ?

La loi du 8 mars 2018 relative à l’Orientation et la Réussite des Etudiants (ORE) prévoit, dans l’article L. 612-3 du code de l’éducation, que soient mis en œuvre :

  • Un taux minimal de lycéens boursiers dans les filières sélectives et non sélectives. Ce taux s’applique aux formations publiques, y compris des celles relevant d’autres ministères (Sports, Culture, Défense, Santé, Agriculture…), aux formations privées reconnues en tant qu’EESPIG (établissement d'enseignement supérieur privé d'intérêt général) et aux lycées privés sous contrat de l’enseignement catholique et de l’enseignement laïc sous contrat.
  • Un taux maximal de candidats « hors secteur géographique », c’est-à-dire des candidats qui ne résident pas dans le secteur géographique (généralement l’académie) de la formation demandée. Ce taux s’applique uniquement dans les formations non sélectives (licence) lorsque le nombre de vœux confirmés par les candidats est supérieur au nombre de places.

Par ailleurs, afin de favoriser l’orientation des bacheliers professionnels et technologiques vers les filières courtes de l’enseignement supérieur, l’article L. 612-3 du code de l’éducation prévoit :

  • un taux minimal de bacheliers professionnels retenus pour favoriser leur admission en BTS
  • un taux minimal de bacheliers technologiques retenus pour favoriser leur admission en BUT. Cette disposition légale est complétée par l’article 17 de l’arrêté du 6 décembre 2019.

À quoi servent ces taux ?

Les taux minimaux de boursiers et les taux maximaux de non-résidents dans la formation demandée portent tous deux l’objectif d’encourager la mobilité sociale et géographique de tous les candidats qui souhaitent accéder à l’enseignement supérieur.
Les taux minimaux pour les bacheliers professionnels et bacheliers technologiques sont destinés à donner une priorité à ces candidats dans l’accès aux filières STS et IUT, pour lesquelles ils sont le mieux préparés et qui favorisent ainsi leur réussite dans les études supérieures.

Quels ont été les effets de la mise en place de ces taux ?

La mise en place de ces taux dans la procédure de Parcoursup a permis de faire des progrès dans la lutte contre les inégalités et de favoriser la démocratisation de l’enseignement supérieur :

Plus de boursiers du secondaire accèdent aux études supérieures

  • Depuis 2019, un réel effort a été réalisé concernant les quotas de boursiers. La quasi-totalité des formations ont un quota de boursiers supérieur ou égal au pourcentage de boursiers parmi les candidats ;
  • Le pourcentage de néo-bacheliers boursiers admis dans Parcoursup augmente bel et bien. Il est passé de 20% en 2018 à 25% en 2020. La proportion de boursiers candidats dans Parcoursup augmente et se rapproche du pourcentage de boursiers parmi les lycéens ;
  • On estime en 2020 que plus de 12 000 bacheliers boursiers ont été admis dans une formation pour laquelle ils n’auraient vraisemblablement pas eu de proposition sans l’existence du quota de boursiers.

Plus de bacheliers professionnels et technologiques dans les filières courtes  

  • 3 % de bacheliers technologiques de plus ont accepté une proposition d’admission en IUT entre 2019 et 2020.

Focus : pour 2021, dans le cadre de la réforme des BUT, des taux plus ambitieux sont fixés pour favoriser l’accès des bacheliers technologiques en IUT. Une démarche partenariale associant le rectorat de région académique, la région et les acteurs de l’enseignement supérieur et du monde économique est mise en œuvre pour favoriser l’attractivité de la voie technologique et la continuité des parcours des élèves et étudiants.

  • 12 % de bacheliers professionnels de plus ont accepté une proposition d’admission en STS entre 2019 et 2020.

Plus de mobilité géographique

  • 16 % de candidats de plus ont accepté une proposition d’admission hors de leur académie de résidence en 2020 ;
  • 39 % de lycéens boursiers de plus ont accepté une proposition d’admission hors de leur académie de résidence en 2020 ;
  • En Ile de France, grâce à la décision prise en 2019 de supprimer les barrières à la mobilité qui existaient entre les trois académies d’Ile-de-France, la mobilité a progressé fortement entre les trois académies.

Comment sont fixés les taux ?

Les taux sont fixés, formation par formation, par arrêté du recteur de région académique en concertation avec les présidents d'université ou les chefs d’établissements concernés et, le cas échéant, en lien avec l'autorité dont relève l'établissement dispensant la formation.
Ils sont ensuite publiés dans un arrêté, pour chacune des académies. Pour les formations de l’enseignement agricole, les taux sont fixés par la DRAAF (direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt).

Où puis-je consulter les taux en 2021 ?

Les taux fixés pour chaque formation  sont affichés et détaillés sur leur fiche de présentation / rubrique « Application des taux prévus par la loi » accessible via le moteur de recherche Parcoursup à la mi-mai. Vous pouvez également consulter sur cette page les taux prévus pour les formations supérieures de l’académie.
A titre d’illustration, pour la licence d’économie de l’université de Bourgogne, le taux d’élèves bénéficiant d’une bourse nationale de lycée a été fixé à 18%.
De plus, le taux de candidats ne résidant pas dans l’académie de la formation demandée, pour la licence de sciences de la vie/sciences de la terre de l’université de Bourgogne, été fixé à 10% .

Commission régionale académique d’accès à l’enseignement supérieur (CRAAES)

La réforme de l’accès à l’enseignement supérieur réaffirme et garantit le droit de tout bachelier d’accéder aux études supérieures. Pour le rendre pleinement effectif, la loi a reconnu de nouveaux pouvoirs au recteur qui devient le pivot et le garant de ce droit et dispose d’un pouvoir d’inscription d’office avec l’accord du candidat.

En savoir plus sur la craaes