Quelle(s) définition(s) de la ruralité ?

Depuis les années 70, le degré d’urbanisation définit en creux les espaces ruraux : est rural tout ce qui n’est pas urbain.

Depuis les années 70, le degré d’urbanisation définit en creux les espaces ruraux : est rural tout ce qui n’est pas urbain. La géographie scolaire met en évidence la diagonale des faibles densités, dite longtemps et à tort « diagonale du vide ».

Extrait d’un manuel scolaire de Troisième
 

Les espaces ruraux font leur retour depuis les années 2000 : enjeux agricoles, alimentaires, environnementaux, aménagement/concurrence des territoires… amènent à se questionner. C’est le retour du « rural », l’apparition de « l’hyper-rural » (rapport du Sénat en 2014).

L’INSEE affine son approche de la ruralité et propose une typologie en définissant 9 types de communes (4 pour les espaces ruraux) : c’est la définition reprise par la DEPP (note d’information DEPP n°19.35) et qu’illustre la carte de la France métropolitaine ci-dessous.
Elle met en évidence la surreprésentation des communes rurales peu denses et très peu denses sur la diagonale Sud-Ouest / Nord-Est ainsi que dans les régions de montagne.

Notre académie est traversée par cette diagonale :

Au centre, le Morvan se caractérise par ses faibles densités, les pôles urbains se situant à la périphérie de l’Académie.

A l’échelle départementale, la Nièvre :

Le département se situe pour les 2/3 dans la catégorie « rurale éloignée très peu dense », pour toute sa partie Est, correspondant au Morvan alors que l’axe ligérien Ouest, autour de Nevers, La Charité sur Loire, Cosne sur Loire et Decize (définies respectivement comme « zone urbaine dense, bourg et petite ville ») se situe dans la catégorie « rural périphérique très peu dense et peu dense ». C’est un département dont la population baisse de façon continue et régulière depuis 1886 (347 600 habitants en 1886 à 205 000 aujourd’hui).

L’Yonne :

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3573707

 Le département se caractérise par la présence de deux pôles urbains : le Nord du département, autour de Sens, se situe dans l’attraction de la grande région parisienne, alors qu’Auxerre connaît un rayonnement plus local. Trois régions, le Tonnerrois à l‘Est, l’Avallonnais au Sud et la Puisaye-Forterre au sud-Ouest constituent des régions rurales aux caractéristiques différentes.

La Côte d’Or :

https://www.insee.fr/fr/statistiques/4635812


La Côte d’Or est coupée en deux selon un axe Nord-Sud : une métropole, Dijon, très dense et dynamique, « aspire » le département, alors que la bordure ouest est particulièrement rurale et faiblement peuplée, le Sud-Ouest (autour de Saulieu) se rattachant au Morvan.

La Saône-et-Loire :

https://www.insee.fr/fr/statistiques/4625000

La Saône-et-Loire est un département marqué par la présence d’un ancien bassin industriel, Le Creusot Blanzy et Montceau-les-Mines, en son centre. L’axe urbain (Chalon-Macon) de la Saône à l’Est regarde vers Lyon, tandis que la bordure Ouest se rattache au Morvan (au N-O) et au Charollais au S-O. A l’Est, la Bresse est marquée par la ruralité, malgré sa proximité de l’axe urbain Chalon-Macon.