Quelques hypothèses explicatives

Les obstacles rencontrés par les jeunes collégiens et lycéens des territoires ruraux ont été identifiés par Salomé Berlioux et Erkki Maillard dans Les Invisibles de la République.

Les obstacles rencontrés par les jeunes collégiens et lycéens des territoires ruraux ont été identifiés par Salomé Berlioux et Erkki Maillard dans Les Invisibles de la République.

Les auteurs analysent l’ensemble des difficultés vécues par les jeunes collégiens et lycéens « confrontés à l’éloignement géographique, l’absence d’équipements culturels ou universitaires proches, l’étroitesse du bassin d’emploi régional, le manque de dynamisme général du territoire ou encore le sentiment d’illégitimité de ces jeunes » (page 210).
Ce constat est à l’origine de la création de l’association Chemins d’Avenirs qui propose « un écosystème de réussite [associant] l’Education Nationale, les familles, les entreprises et la société civile ».

Leurs hypothèses explicatives sont reprises et enrichies dans le rapport de la Mission Orientation et Egalité des chances dans la France des zones rurales et des petites villes, commandé par le ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer, à Salomé Berlioux, présidente de l’association Chemins d’avenirs en septembre 2019 et publié le 5 mars 2020 :

  • Autocensure ? sentiment d’illégitimité ?
  • Moindre accès à l’information ?
  • Assignation à résidence / mobilités difficiles / éloignement géographiques ? Plus grande « modestie » et plus grande proximité des choix d’orientation ? Choix par défaut ?
  • Manque de modèles inspirants dans l’entourage ? à l’école ?
  • Enseignants peu stables dans le second degré (fort turn-over) ?

Ou à l’inverse, « bulles éducatives » (voir Les Invisibles de la République, chapitre 6, page 73)

  • Fragilités économiques de certains territoires ? étroitesse du bassin d’emploi régional ? Eloignement des opportunités ?
  • Fracture numérique ? (fracture technique et fracture d’usage)
  • Absence ou faiblesse des équipements culturels et universitaires proches ouvrant le « champ des possibles » ?

Est-on déjà dans une forme de déterminisme social et territorial qui ôte toute ambition à ce type de territoire ? Comment agir ?