Etudes statistiques

Le service statistique de l'académie de Dijon publie des études et analyses sur les effectifs et les parcours.

L’apprentissage au 31 décembre 2021

Depuis 2016, les effectifs d’apprentis augmentent sur l’académie de Dijon. On observe une accélération de cette hausse depuis 2018 et la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel. L’analyse des résultats de l’enquête SIFA recensant les effectifs au 31 décembre montre une augmentation de 3 792 apprentis entre 2020 et 2021 (+29,1%). L’académie a vu aussi son nombre de CFA augmenter (+18 CFA-mère). Après une forte augmentation des effectifs dans les diplômes de niveau 6 en 2020, on observe en 2021 une augmentation des effectifs dans les diplômes de niveau 5. Les apprentis sont majoritairement des hommes (67%). Ces derniers sont plus présents dans les formations en lien avec la production de niveau 3, 4 et 5 tandis que les femmes sont plus présentes dans les formations en lien avec les services sur des diplômes de niveau 6, 7 et 8.

LES MOBILITÉS RÉSIDENTIELLES DES ÉLÈVES DE L’ACADÉMIE DE DIJON

Entre les rentrées 2020 et 2021, 5,2 % des élèves du 1er degré (de la grande section au CM2) et 5,9 % des élèves du 2nd degré (de la 6ème à la 3ème) avaient déménagé au sein de l’académie, et 1,6 % (1er degré comme 2nd degré) étaient partis dans une autre académie. Cette note s’intéresse plus particulièrement aux mobilités résidentielles des élèves du 1er degré et des élèves du 1er cycle du 2nd degré (de la 6ème à la 3ème).  Les soldes migratoires montrent une augmentation des mouvements migratoires depuis 3 ans et en particulier depuis la rentrée 2020, post premier confinement, avec des disparités départementales. L’analyses des académies d’origine des élèves et de leurs académies d’arrivées montre que la majorité des mouvements migratoires se font avec les académies limitrophes de la nôtre. Les mouvements internes à l’académie évoluent peu sur les 3 années étudiées. Les élèves ayant connu une mobilité résidentielle restent dans un environnement proche du précédent, il n’y pas d’augmentation significative des mobilités de l’urbain vers le rural ou du rural vers l’urbain.

L’insertion des lycéens professionnels de l’académie de Dijon, 6 et 12 mois après leur sortie de formation

Cette étude présente les résultats de l’insertion des lycéens professionnels de l’académie de Dijon via le dispositif INSERJEUNES (cf encadré en fin de publication). Pour des raisons de volumétrie, elle regroupe deux générations d’élèves : ceux sortant d’études en juillet 2019 et en juillet 2020. Leur insertion est mesurée 6 mois après leur sortie (en janvier 2020 pour les sortants de juillet 2019 et en janvier 2021 pour les sortants de juillet 2020) et un après (en juillet 2020 et 2021). Les élèves qui ont continué leurs études ne sont pas pris en compte.
À noter que les sortants de juillet 2019 et juillet 2020 sont deux promotions qui ont pu être impactées par les différents confinements dû à la pandémie notamment dans les secteurs de l’hôtellerie-restauration, la coiffure, etc. et qui ont connu plusieurs périodes de fermetures
https://www.inserjeunes.education.gouv.fr/diffusion/accueil