Voie professionnelle : les lycéens auxerrois préparent leurs chefs d’œuvre

Le 6 mai, la rectrice Nathalie Albert-Moretti s’est rendue au lycée des métiers Vauban puis au lycée Joseph Fourier pour découvrir les projets de chefs d’œuvre menés par les classes de CAP et de 1ère professionnelle

L’une des mesures emblématiques de la transformation de la voie professionnelle, engagée depuis la rentrée 2019, est la réalisation d’un chef d’œuvre par tous le élèves en CAP et en Baccalauréat professionnel. Il est l’aboutissement d’un projet individuel ou collectif qui révèle les talents et savoir-faire de ces jeunes.
Le chef-d’œuvre est une démarche de réalisation concrète qui s’appuie sur les compétences transversales et professionnelles travaillées dans sa spécialité par l’élève. Il vise à promouvoir l’excellence professionnelle du candidat dans un but de valorisation de son parcours de formation auprès des futurs recruteurs. Évalué à l’examen, sous forme d’une épreuve orale, chaque projet met en synergie les enseignements généraux et professionnels.

Un concours culinaire au lycée des métiers Vauban

Pour leur chef d’œuvre, les élèves de 1è année CAP Cuisine du lycée des métiers Vauban ont choisi d’organiser un concours culinaire à destination des collégiens icaunais. Ce projet, intitulé « Les jeunes toqués icaunais », permettra d’allier le plaisir culinaire à la valorisation de la filière restauration.
Les élèves s’occuperont de chaque étape du concours, y compris la sélection des finalistes : ils étudieront les propositions de l’ensemble des candidats, qui devront fournir une fiche technique décrivant les phases de préparation de leur plat et une photo de leur réalisation.  
La finale aura lieu le 2 mars 2022. Afin de récompenser les lauréats comme il se doit, la classe travaille actuellement sur la recherche des futurs lots et leur financement.  
 

Un planisphère en bois du monde au lycée Joseph Fourier

Les élèves de 1ère professionnelle Technicien menuisier-agenceur travaillent ont présenté les différentes phases de réalisation de leur chef d’œuvre : un planisphère en bois, où chaque pays sera fabriqué à partir d'une essence locale. A terme, ils souhaitent créer un pupitre qui permettra d’identifier, à l’aide d’une source lumineuse, un pays du monde au travers d’informations sur son bois.